Ça commence comme ça...

Faute de film, nous n’aurons pas un regard pour ce carré de pelouse bien tondue qui descend, depuis la porte-fenêtre restée ouverte, jusqu’au lac. La scène ne sera enregistrée nulle part.

Par les écrans du monde

Fanny Taillandier

Je dispose d'un compte bibliothécaire


Mot de passe oublié ?